Mon commentaire du débat déjà furieux sur la question de la Procréation médicalement assistée pour toutes, a pu surprendre.Son argumentation est appuyée sur un travail universitaire en vue de ma spécialisation. Il est évident que ces arguments sont largement méconnus du public, malgré la gravité des transgressions (incestes).

Ils le sont aussi des décideurs politiques, mais également des commentateurs des médias. Ce n'est pas le seul bloc d'ignorance que comporte notre société, dans le domaine de l'intime.

 

Un radotage qont j'ai du mal à me débarrasser: "les français ont un problème avec la liberté. Toutes les libertés, en fait.

Ils ont fini par se familiariser avec les libertés politiques, les apprécier, les adopter. 

Mais ils sont plus circonspects dès qu'il s'agit de l'intime, en deçà du sociétal. Globalement le sexuel et ses effets. 

Comme la liberté de chacun s'arrête où commence celle des autres, l'aspect conflictuel de la liberté de chacun concerne tous les membres d'une famille, parents, et enfants.

La famille concentre la plus grande part de ses règles, au service de sa cohésion pacifique. L'évitement de l'inceste est le  principal organisateur du fonctionnement familial, étendu à la société immédiate. La cohabitation normale d'une famille inhibe naturellement les désirs sexuels, dans la nature, où les jeunes mâles reconnaissent, et évitent, la femelle qui leur a donné naissance. Dans l'espèce humaine, la parole confirme et renforce l'évitement naturel. La discontinuité de la vie familiale le fragilise ou l'annule. Plus un groupe humain est stable et cohérent, mieux il évite les relations incestueuses. Dans les conditions normales, l'interdiction de l'inceste n'a pas besoin d'être notifiée. Sa tentation ne s'exprime pas, l'exogamie est la règle non dite, car instinctive. Sa confirmation écrite peut exister, sa lecture n'est pas indispensable, dans les conditions normales.

L'évolution des sociétés modernes vers plus de libertés, individuelles, d'abord, mais élargies à la société, bouleverse les esprits, et suscite plus de réactions défensives que de consensuelles. Toutes les libertés sont dérangeantes pour ceux qui ne pensent pas en avoir besoin. Il n'y a pas de liberté qui ne provoque une anxiété, au minimum, un catastrophisme, habituellement. La société qui l'envisage doit lui préparer sa place, rarement sans conflits, sans sombres prédictions findumondistes. Les évolutions de cet ordre se font à petits pas.

L'histoire des sociétés modernes montre que les évolutions sociétales sont absorbées sans qu'apparaissent des catastrophes. Elles se heurtent à la "force de l'habitude" une force qui n'a jamais intéressé les physiciens. Elle ne s'exprime qu'à partir du monde vivant!

Tout ça pour vous dire que comme pour toutes les précédentes libertés scandaleuses, la PMA passera "comme une lettre à la poste"!

Sceptique