Avec ses bacheliers aux abois, menacés d'être échangés contre vingt euros (de plus), la première place semblait acquise, l'immixion du Stromboli, trahissant sa réputation de volcan à son pépère (Jules Verne), a fait rougir de honte l'armada des correcteurs de notre baccalauréat. Ils et elles, moins nombreuses, fibre maternelle oblige. 

Un touriste tué par un volcan obssessionnel, consultant sa montre tous les jours, et faisant son rot de gros bébé, au moins depuis le choix de notre meilleur conteur d'aventures, c'est une mauvaise surprise. Quoi que....pas trop loin, dans le même contexte géophysique, l'Etna a, lui aussi, changé de régime et de caractère. La mer s'est infiltrée vers le voisinage de son enracinement. Quand ses pieds seront au contact direct de l'eau, ça pétera fort, la montagne s'enverra en l'air! Il serait étonnant que le Stromboli n'entre pas dans la danse.

Nous sommes donc avertis, les volcans de ce secteur, pas du tout endormis, mais au gosier large, ont tout l'air de préparer un vilain rhume, avec toux et éternuements productifs. Il faudra plus que des Kleenex!

Je reviens à mon titre, national et d'actualité. Les sueurs froides imposées aux lycéens de France, métropole et outremer inclus, concerneront ce secteur de la Méditerranée. Dont le fond a toujours été mauvais.

Ça pourrait être pire que ce que l'histoire des hommes (du coin), a retenu.

Sceptique (par force*)

*Ça ne ressort pas de l'histoire des hommes, mais de la planète qui les porte. Un chapitre sur lequel les prophètes ne se hasardent pas.