Les clameurs dénonçant les homards mitonnés à la française, la vénérable bouteille partagée entre quelques dizaines de privilégiés, sous le nez de millions de buveurs d'eau, voilà le sort du raffinement français, recraché par Médiapart.

Àl'encroire, ces bonnes choses ne devaient produire aucun plaisir, auraient du partir directement à la Seine qui coule en contrebas.

C'est la première fois que ce raffinement français, hérité, il est vrai, d'une aristocratie révolue, est invité fermement à descendre de son trône, à se faire oublier. Au nom de l'emploi, sans doute, les maitres en raffinements divers, qui éduquent l'aristocratie républicaine, transmettent à chaque génération, rouge, rose, ou verte, les modes de vie, les manières qui ont sauté au dessus des révolutions. Lesquelles, jusqu'à ce jour, ont pris goût aux belles et bonnes choses, grâce aux efforts des conservateurs du bon goût sous ses multiples aspects. Car il n'y a pas que NOUS, dans les palais hérités du passé, il y a ceux qui délégués du monde entier, peuvent nous en apprendre en manière de vie à la française.

Plus personne n'ose, aujourd'hui, appeler les censeurs, les médiapartistes, par le nom qui leur va le mieux, les pisse-vinaigre! Ils sont parvenus à faire peur à tout le monde.

Vivre quelques semaines, ou mois, dans les ors de la République, ne peut arriver qu'à un nombre restreint de citoyens français, élus, ou capables d'exercer les métiers exclusifs nécessaires. Un caviste est un caviste. Son métier est d'évaluer sans pitié, le vin de la bouteille qu'il vient d'ouvrir. À boire, ou à jeter, parfois.

Faut-il être jaloux de ceux qui sont concernés par les privilèges supposés, consommer les mets préparés par les cuisiniers de la République, quelques centilitres de la vénérable bouteille, jugée consommable après l'ouverture?

Quand j'y pense, je me rappelle ces mots:On n'emporte rien en Paradis!

Sceptique

P.S. Que tous les Macdo de France et du monde me pardonnent. Comme Grand-Père, je les ai adorésMmmmm....et je ne cracherais pas dessus encore aujourd'hui Chaque plaisir en son temps!