Le randonneur solitaire, dont on savait qu'il avait fait une chute dans un ravin, et s'était fracturé les jambes, faisait l'objet de recherches sérieuses depuis vingt-quatre heures, seulement. Elles ont abouti assez vite, mais il avait succombé à ses blessures, à la soif,à la chaleur...

Que dire de plus sur le risque particulier de la solitude? Pour ceux qui la pratiquent, elle semble pimenter l'exploit qu'ils ont programmé. "Qu'ils", je le relève, le supplément de risques créé par la solitude, semble préféré par les hommes. Je n'ai pas connaissance de cette condition , subie plutôt que choisie,  par des femmes. Ma question aura peut-être des réponses.

Sceptique