Cette alternative est spécifique des relations qui rassemblent ou opposent ce qu'on appelait le monde libre, et le monde "socialiste", par opposition au "capitaliste". Le premier, on le...fuit, le second, on s'y vautre....en se pinçant le nez....s"il y a du monde.

En apparence, il n'y a pas de différence. Dans l'un et l'autre, il y a des voitures, des téléphones portables et des journaux. Dans l'un, on peut aller où on veut, dans l'autre, où on a dit qu'on allait. Dans l'un on peut dire ce qu'on veut, dans l'autre, il faut tourner sa langue dans la bouche. Parallèllement, on a le choix d'un seul journal, parfois de deux, identiques, sauf par le titre.

Des guerres, civiles, opposant deux parties identiques, se maintiennent, depuis quelques années, sans qu'on puisse leur trouver une issue satisfaisante, c'est à dire une victoire franche d'une partie sur l'autre.

C'est, en fait, cette condition d'une victoire franche et définitive, qui résiste aux avantages immédiats de la paix. La condition d'une victoire préalable et acceptable, oblige à différer le silence des armes, préalable à la paix. Il faut à chaque jour ses quelques morts de civils ou de combattants, pas tous militaires. Parmi les sujets à débattre entre les Présidents Macron et Poutine, il y avait, il y a toujours, des combats entre ukrainiens, et....ukrainiens.

Ils se sont donc parlé, pour...ne rien dire (c'est ce qu'ils ont dit, quand ils ont rapporté ce qu'ils se sont dit).

Il faut les croire. À quoi bon chercher plus? Aucun n'a été satisfait, et, surtout, n'a changé sa façon de comprendre les situations. "Ils veulent se faire la guerre? C'est leur droit!

Ils ont eu l'intelligence de définir pourquoi et comment ils se combattrraient, combien de morts par jour, mais sans aborder la question de la fin des combats. D'avance, ça les fait bailler d'ennui!

À suivre

PCC Sceptique