ILS, ou ELLES, étaient partis pour Téhéran, mais ils ou elles, ne semblaient pas y être arrivés.

C'était tout bête, "on" les avait mis ou mises au cachot, en quarantaine en quelque sorte. Une manifestation de confiance, ou d'amitié.

Nos gouvernants, forts de leur expérience, l'avaient ils deviné? "Qu'allaient-ils (ou elles) faire à TÉHÉRAN?

ÉTUDIER, officiellement. Espionner, selon les hôtes iraniens.

Comme ce n'est pas, de beaucoup, la première fois, les dirigeants iraniens n'ont pas pu nier. Mais ils ne commandent pas leur police secrète, directement branchée au ciel.

Qu'ALLONS NOUS FAIRE, C'EST À DIRE, DIRE? D'ABORD, RIEN, C'EST RECOMMANDÉ. IL NE FAUT PAS IRRITER LES GEOLIERS-DIRIGEANTS, hiérarchiquement supérieurs à tous autres, y compris les mollahs!

En tout cas, ce ne sera pas le moment d'énerver ALLAH (celui des iraniens). Les autres ne s'en mêleront pas.

Le concours de folie est ouvert, GRAND-OUVERT! LES CERVEAUX CHAUFFENT AU ROUGE!

JUSTE AU MOMENT OÙ NOUS AVONS INTÉRÊT À GARDER NOTRE SANG FROID. MAIS CE GRAVE INCIDENT CÉLESTE NE VA PAS AMÉLIORER NOTRE GESTION DE NOS AFFAIRES CULTUELLES.

PCC SCEPTIQUE