Ce sont les menaces du Président Turc Erdogan de nous enjoindre de récupérer les combattants djihadistes français qui sont tombés entre les mains des.....nettoyeurs turcs, à l'occasion de leurs opérations en Syrie et en pays kurde.

À ma connaissance, nous n'avons pas annoncé que nous refuserions de prendre en charge ces français partis combattre pour et avec Daech. Dans leur ensemble, ils étaient considérés comme "non grata", mais en même temps, ayant à répondre de leur engagement djihadiste, de leur prise des armes pour servir dans une armée étrangère.

Si des combattants djihadistes nous sont remis, parce que français, nous leur appliquerons nos lois déjà anciennes, définissant ce délit au regard de la loi française.

Il semble évident que le Président Turc veut régler un autre contentieux, qui le concerne également. Ce contentieux touche aux rapports que nous avons avec nos immigrants turcs. Qui ont les mêmes rapports avec notre État, que les autres immigrés, entrés dans notre territoire, portés par d'autres flux. Le Pouvoir Turc veut les considérer comme formant une enclave turque sur le territoire français, enclave que l'État turc gérerait comme une possession turque.

Les français et leur gouvernement sont sur la position unique d'une souveraineté totale sur leur territoire. Les turcs, comme les autres étrangers, n'ont qu'un statut de résidents étrangers.

Je suis étonné de ce que cette situation pose un problème international. La raison devrait balayer le contentieux. Je n'ose pas croire que les réserves de l'Union Européenne à intégrer la Turquie à l'Union  expliquent cette incompréhension réciproque!

Sceptique