02 juin 2017

LE PRÉSIDENT ET SES JUGES.

L'ouverture d'une chaine d'information se fait toujours ( pour combien de temps?), sur un mini procès du Président. Toujours sur la même faute, le maintien à son poste du ministre Richard Ferrand. Jusqu'à hier, c'était l'absence d'une réaction judiciaire qui servait d'argument. Ce matin, l'annonce d'une enquête préliminaire aurait du pousser à agir le Président, sous la forme d'une injonction faite au Ministre, de démissionner. Qu'il ne l'ait pas fait est une énième faute. Le Président doit-il démissionner aussi?  Pour... [Lire la suite]
Posté par Sceptique à 05:53 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
01 juin 2017

UN JUGE AU SECOURS DU PRÉSIDENT?

Les médias bien-aimés avaient reçu de quoi faire passer une flopée de mauvais quarts d'heure au Ministre Richard Ferrand, à l'ensemble qu gouvernement, et au Président de la République, plombé par une dette affective envers ce Ministre, fidèle de la première heure. Les petites bonnes affaires dénichées dans le passé du Ministre Richard (depuis sa naissance), permettaient de "lui faire sa fête", mais laissaient "de bois", non seulement le PNF, mais encore tous les juges en exercice sur le parcours du futur ministre. Tout le monde... [Lire la suite]
Posté par Sceptique à 11:08 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
31 mai 2017

PARLEZ, PARLEZ, MONSIEUR LE PRÉSIDENT!

Monsieur le Président, Vous avez fait briller la raison française au G7 et à Versailles, et confirmé à la fois votre compétence et votre raison. Mais vous avez été porté au pouvoir par un peuple rongé par la haine depuis des années, haine entretenue, chauffée, par ceux qui en vivent, qui exercent à travers cette passion, une domination des esprits. Votre refus de rester prisonnier de ce pouvoir occulte, qui passe son temps à disqualifier les représentants légitimes du peuple français, dont vous même, en montant des dossiers... [Lire la suite]
Posté par Sceptique à 17:12 - Commentaires [0] - Permalien [#]
31 mai 2017

LE POUVOIR DE LA DÉLATION

Notre histoire comporte plusieurs épisodes fastes pour les délateurs et leurs triomphes, en termes de dénonciations et de condamnations. La Terreur a laissé un fort souvenir, parfois glorifié par des adeptes contemporains de la méthode. L'occupation et ses dénonciations "à la police allemande", suscite beaucoup moins de coups de menton glorieux. De nos jours, les médias sont les boites aux lettres. Ils protègent leurs sources, par principe, et gèrent ces "informations" à leur convenance. Qui a ses limites. Il ne faut pas qu'on... [Lire la suite]
Posté par Sceptique à 06:29 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
29 mai 2017

LÉGISLATIVES: GENS QUI RIENT ET GENS QUI GROGNENT.

J'écoutais, cet après midi, une nouvelle émission de LCI, consacrée aux partis en compétition. Celui qui ouvrait la série était La France Insoumise, de Jean-Luc Mélenchon. Représentée par Alexis Corbière, et fleurie par une belle passionaria blonde, tout droit sortie d'un arrondissement huppé de Paris. Quand les femmes aiment, elles aiment. Alexis Corbière ne pouvait qu'être aux anges. Sa conviction d'arracher la majorité des sièges, et de contraindre le Président Macron à une humiliante cohabitation, était attendrissante. Les... [Lire la suite]
Posté par Sceptique à 04:15 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
28 mai 2017

AFFAIRE RICHARD FERRAND, LE HARCÈLEMENT.

Peu importe que l'affaire Richard Ferrand soit une broutille, même pas un délit, une simple bonne affaire, partagée avec sa moitié! Ça s'est passé bien avant l'entrée en politique de l'intéressé, sous la bannière socialiste. Mais Richard Ferrand a eu du nez. Quand Emmanuel Macron a annoncé sa révolte, et sa principale conséquence, son propre projet providentiel, tel Saint Pierre il lui a emboité le pas. Le meilleur cheval a gagné la course, et les parieurs avisés ont reçu leur gain, sous la forme de fidélité réciproque, de... [Lire la suite]
Posté par Sceptique à 05:30 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
27 mai 2017

ANGE ET BÊTE.

Le jugement de Pascal doit changer de formulation, car il n'est plus une alternative, mais un choix réel, et conscient. L'homme reste homme, même quand il choisit de "faire l'homme". La pression sociale impose une place à l'ange. Il est important de l'être aux yeux des autres. Un psychanalyste de mes relations affirmait: "l'homme est le seul animal capable de feindre de feindre." J'avoue que je ne suis pas parvenu à me représenter ce comportement, que j'étais supposé connaitre et utiliser, d'instinct.  Qui n' a pas traversé un... [Lire la suite]
Posté par Sceptique à 06:06 - Commentaires [5] - Permalien [#]
26 mai 2017

UN CONSTAT: IL EST PLUS FACILE DE PARLER DU VIDE QUE DU PLEIN.

J'ai commencé à bloguer il y a plus de dix ans, lors de la campagne de Nicolas Sarkozy. "On" sortait alors de la torpeur des années Chirac. On n'allait pas encore changer d'idées, mais du type d'homme chargé de les mettre en actes. Il n'y avait pas de rancune, de malaise idéologique, juste une seule question: "quand on a le pouvoir, n'a t'on pas le devoir d'en faire quelque chose?" Sarkozy, c'était la promesse d'un changement, d'une nouvelle dynamique. Le Front National grondait encore, le Parti Socialiste s'y voyait bien aussi,... [Lire la suite]
Posté par Sceptique à 06:56 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
24 mai 2017

MÊME POUR UN PRÉSIDENT BIEN ÉLU, LA PAROLE EST D'ARGENT, ET LE SILENCE EST D'OR.

Pour être élu, il faut parler, parler, parler. Et, une fois élu, le meilleur, le plus malin, s'aperçoit que sa parole ne s'envole plus, se transforme en béton, ou en plomb.  Les électeurs sont rentrés chez eux, satisfaits ou furieux, mais l'élu se retrouve seul ou presque, face à ceux qui ne l'ont sûrement pas choisi, et se jurent de l'empêcher de faire ce qu'il a promis. Même s'ils respectent les formes, ils ne dissimulent pas les armes dont ils se serviront pour imposer leur point de vue. Le bras de fer contre le pouvoir... [Lire la suite]
Posté par Sceptique à 19:37 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
22 mai 2017

PHILIPPE MARTINEZ, LE TRAVAIL, LA RÉPUBLIQUE.

Philippe Martinez, le "patron de la CGT, a une définition particulière du travail. Une occupation, pas trop fatigante, et la mieux payée possible, fournie aux travailleurs par des entités dédiées à cette fourniture, les entreprises, et l'État.  Les objets de l'occupation, productions ou services, leur destin, sont indifférents. Le paiement des salaires, les cotisations sociales, les congés payés, referment le chapitre. L'Èconomie avec un grand É, n'existe tout simplement pas. Non seulement il ne voit pas la nécessité d'une... [Lire la suite]
Posté par Sceptique à 18:23 - - Commentaires [1] - Permalien [#]