05 janvier 2009

À quoi sert un ministre? Épisode II

Il y a quelques jours, je reprenais un entretien de Jean-Jacques Aillagon donné au Monde, dans lequel l'ancien Ministre de Jean-Pierre Raffarin posait la question de l'utilité d'un Ministre de la Culture, au regard des particularités du fonctionnement du domaine culturel, décentralisé ou autonome. Mais il concluait sur l'impossibilité de supprimer le Ministère, pour des motifs purement conservateurs, donc négatifs. Visait-il l'action de l'actuelle Ministre, Madame Christine Albanel, tellement peu médiatique qu'elle est pour moi la... [Lire la suite]
Posté par Sceptique à 06:28 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
04 janvier 2009

"Gott mit uns" à Gaza

À Gaza, c'est au nom de l'humanité, dans le sens de sa valeur, que le Hamas réclamait la levée du blocus, de la nourriture, de l'eau, de tout ce qui est essentiel à la vie des civils de tous âges. Pour les armes, les munitions, les explosifs, il se débrouillait, apparemment pas mal. Mais c'est au nom d'Allah qu'il lançait tous les jours des fusées Kassam vers les villes israéliennes proches de sa frontière. C'est au nom des droits de son peuple et de sa responsabilité politique, que le gouvernement israélien a décidé de se... [Lire la suite]
Posté par Sceptique à 07:55 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
03 janvier 2009

Crise de l'automobile, primes à la casse et incendies volontaires

En économie, on essaie de voir comment transformer en intérêt tout événement ou phénomène. En politique, c'est plus difficile. Il faut mesurer les divers aspects, au premier plan desquels, l'émotionnel, au moins chez ses propres électeurs. Ensuite on évalue les conséquences: négatives ou positives: 1) pour les adversaires. 2) pour son propre parti. Ainsi des plus de mille voitures détruites par incendie volontaire pendant les nuits festives de la Saint Sylvestre. Pour un économiste, mille voitures détruites en 2008, c'est mille... [Lire la suite]
Posté par Sceptique à 10:15 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
02 janvier 2009

Parlons d'un livre...

Celui de Jacques Attali, intitulé:"La crise, et après?" * Si vous voulez tout savoir sur ce qui a amené un libéralisme débridé à la catastrophe financière et économique mondiale qui vient de se produire sous nos yeux, vous pouvez faire confiance à la grosse tête peu complaisante, mais sans passion, de Jacques Attali. Il ne condamne de l'économie de marché que ses excès, sa dérive vers la réalisation de profits financiers les plus élevés possibles pour des capitaux, eux mêmes empruntés à un taux "normal". La substitution du... [Lire la suite]
Posté par Sceptique à 06:58 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
01 janvier 2009

À quoi sert un ministre?

La réponse parait simple: à représenter l'autorité politique de l'État auprès d'un secteur public chargé d'une mission précise. L'observation quotidienne de la vie politique, et plus précisément, des rapports entre les ministres et leurs ministères respectifs, montre une grande inégalité de ces rapports. La plupart ne font pas parler d'eux. Quelques uns sont en guerre permanente avec le ministre désigné. Dans ces cas là, que faut-il supprimer? Le ministre, ou le ministère. Il tombe sous le sens immédiat que c'est le ministre... [Lire la suite]
Posté par Sceptique à 16:53 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
30 décembre 2008

"Faire feu de tout bois"

L'évasion d'un malade "dangereux" d'un hôpital psychiatrique, le décès par crise cardiaque d'un malade, faute d'une place dans un service de réanimation, ont provoqué la montée immédiate sur l'estrade des responsables syndicaux, avides d'occuper la place médiatique brusquement ouverte par ces événements. Dans le premier cas, les psychiatres gardant le silence à propos d'une évasion susceptible de conforter le jugement sévère du Président de la République sur la sécurité des hôpitaux psychiatriques*, c'est un représentant du... [Lire la suite]
Posté par Sceptique à 07:45 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
28 décembre 2008

Procès de l'homme moderne: nouvelles pièces à charge

Il y a encore quelques jours, on mettait le changement climatique constaté, sur le dos des adeptes de la civilisation capitaliste et industrielle, avec ses usines, ses bagnoles, ses camions, et toutes les gâteries que les européens (d'abord) se sont autorisées, grâce à l'argent gagné*. Il suffisait donc, pour les sauveurs de la planète, d'interdire tous ces gadgets inutiles, et de ramener tous les peuples goinfres à la sobriété ancestrale et oubliée, et, corrélativement, au nombre raisonnable qu'ils n'auraient jamais du dépasser. ... [Lire la suite]
Posté par Sceptique à 07:29 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
27 décembre 2008

Urgences médicales dans la société d'aujourd'hui

La mort d'un enfant, que ce soit par maladie ou accident, est devenue un scandale, un paradigme de l'injustice, un indice de l'imperfection de l'oeuvre humaine. Se poser toujours cette question est sain, surtout du côté des politiques qui ont la responsabilité du fonctionnement de la société, en particulier de sa réactivité aux événements exceptionnels, à quelque échelle qu'ils se présentent. Cette mort d'un enfant dans un service d'urgences d'un hôpital de l'Assistance Publique à Paris en est un. Elle résulte d'une erreur de... [Lire la suite]
Posté par Sceptique à 08:02 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
25 décembre 2008

Coeurs fendus au Parti Socialiste

La tendresse, en général, à l'exception du bifteck,présente des inconvénients. Pour la construction, d'immeubles, de ponts, de barrages, ce n'est pas du tout recommandé. Pour la fabrication de bons canons, de bonnes mitraillettes, non plus. En politique, c'est franchement à éviter, sauf un petit peu pour les copains. Vraiment, un tout petit peu. Il était temps! Le Président Nicolas Sarkozy a rendu un signalé service au Parti Socialiste et à toute la Gauche en accordant six mois de grâce à un "coquin" qui avait été de tous les bons... [Lire la suite]
Posté par Sceptique à 05:59 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
24 décembre 2008

Crise de l'enseignement: l'horizontal contre le vertical.

Un article de Jean-Michel Dumay dans le Monde du 21-22 Décembre 2008 apporte un éclairage important à la crise des lycées, et la transforme en un problème structurel plutôt que conjoncturel. S'appuyant sur des observations de l'évolution d'une société pourvue de nouveaux moyens de communication à la portée de toutes les bourses et largement prisées par la jeunesse, il montre que ce développement horizontal des échanges s'oppose, non pas frontalement, mais par une dérobade coordonnée, une dissolution dans un fluide mouvant, à la... [Lire la suite]
Posté par Sceptique à 05:55 - - Commentaires [0] - Permalien [#]