25 mai 2009

Claude Allègre au gouvernement?

J'écrivais il y a à peine deux jours que l'homme de science n'était pas préparé, par la rigueur de la méthode imposée à la démarche scientifique, à l'exercice de l'ambition, au compromis, au sens de la manoeuvre, qui caractérisent le "métier" d'homme politique. Il est chercheur. L'homme politique est chasseur, disais-je. Claude Allègre est un scientifique qui se distingue sur ce point. Sa passion pour la "chose publique" l'a rapproché du monde de la politique. Il a été un ami de Lionel Jospin, et il lui a apporté le concours de ses... [Lire la suite]
Posté par Sceptique à 08:01 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
25 mai 2009

Une femme-soldat

Rachida Dati, compagne de route fidèle de Nicolas Sarkozy depuis 2002, était hier soir l'invitée du Grand Jury RTL-LCI-Le Figaro. Depuis son dernier passage, que je situe en 2007, après sa nomination comme Garde des Sceaux, par cette épreuve difficile, la femme symbole de la diversité ethnique et sociale de la nouvelle majorité a subi bien des épreuves. Chargée d'une mission précise par le Président de la République, elle est montée au front, et passée à l'attaque d'une institution dont le conservatisme est à l'image de l'ensemble... [Lire la suite]
Posté par Sceptique à 06:48 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
23 mai 2009

Saintes Femmes pour l'anti-science

Les vrais scientifiques ne sont pas doués pour la politique, car leur méthode et ses exigences ne les forment pas au compromis. Comme Saint Thomas, ils veulent voir de leurs propres yeux la vérité, condition pour qu'ils se rendent. Les vrais politiques ne peuvent utiliser la méthode scientifique pour faire une politique. Ce sont des chasseurs, soignant leur approche, scrutant les traces du "gibier", se plaçant face au vent, utilisant tous les leurres, d'usage aussi libre que celui des coups. Des scientifiques peuvent se tromper,... [Lire la suite]
Posté par Sceptique à 11:00 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
22 mai 2009

Élections européennes, manoeuvres discrètes des partis

Personne n'ignore que les élections européennes ne passionnent pas, et c'est bien dommage. L'Union Européenne est une réalité, son action en faveur des pays qui la composent est essentielle, le Parlement que nous devons renouveler élabore et vote des Lois qui s'imposent aux législateurs des pays membres. Les français, ils ne sont pas les seuls, voudraient une Europe qui soit le portrait agrandi, mais ressemblant, de la France. La droite est la mieux servie: l'entente de membres de l'union européenne se fait sur des propositions... [Lire la suite]
Posté par Sceptique à 04:37 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
18 mai 2009

La guerre franco-universitaire: suite, sans fin.

Nos Tigres estudiantins ont encore les dents longues. Mis en minorité par la majorité longtemps silencieuse, mais qui voit arriver avec angoisse une fin d'année sans cours et sans examens, ils campent sur leur position de sauveurs de monuments historiques. Plus conservateur que moi, je meurs. La Ministre exprime et met en actes sa compassion pour les étudiants qui vont perdre une année. Comme le dit une passionaria télégénique d'une faculté, "que pèse une année face à l'éternité que nous construisons?" Éternité d'une révolution, de... [Lire la suite]
Posté par Sceptique à 22:47 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
16 mai 2009

Médecines: la tentation étatique?

LA médecine, en ses trois parties, générale, spécialisée, hospitalière, est LE casse-tête de tous les politiques, de toutes les politiques. Pendant des siècles, elle fut une activité marginale, empirique, sans fondement scientifique, sans réelle efficacité. La chirurgie pratiquée par les barbiers rendait davantage de services, très occasionnels, aux sociétés humaines. Le savoir des quelques grands noms qui jalonnent l'histoire de la médecine n'atteignait pas le petit peuple. La séparation de la pensée scientifique des autres... [Lire la suite]
Posté par Sceptique à 06:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
14 mai 2009

La "bonne" décision existe-t-elle?

L'Histoire est généralement sévère pour les décisions humaines, qui ont souvent la prétention d'en déterminer le cours, au delà de l'existence du décideur, par dessus le marché. La rareté des vraies bonnes décisions, rassemblant l'approbation nettement majoritaire des témoins de leur temps et des historiens qui les commentent, est à un point tel que des théories de l'Histoire en nient même l'existence, ou en tout cas insistent sur leur caractère illusoire. Aucun décideur n'aurait de véritable action sur le cours de l'Histoire.... [Lire la suite]
Posté par Sceptique à 07:32 - - Commentaires [12] - Permalien [#]
12 mai 2009

Hôpitaux: doute? Ou malentendu?

Les dépenses hospitalières constituent toujours, de loin, le premier poste des dépenses de santé. D'où leur première place dans les préoccupations des gestionnaires de la santé, et, encore au dessus d'eux, des politiques qui sont responsables du fonctionnement, je n'ose dire "harmonieux", de la société. Depuis que la "santé" est devenue une affaire d'État, le casse-tête est devenu permanent. Pour les médecins, il s'agit de disposer de tous les moyens matériels et humains nécessaires à assurer à tout malade qui relève de leur... [Lire la suite]
Posté par Sceptique à 05:52 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
09 mai 2009

Nos commémorations du passé ont-elles un avenir?

Les cérémonies commémoratives du 8 Mai 1945 se sont déroulées ce matin avec leur solennité habituelle. Un petit plus, quand même, à l'initiative du Président Nicolas Sarkozy, et de son Ministre de la Défense Hervé Morin: participaient aux réceptions officielles les réservistes, tous de la gendarmerie, puisqu'il n'y a plus de service national, et les conseillers municipaux désignés comme correspondants "défense nationale". Le représentant de l'État a donné quelques détails sur la mission qui était attendue des conseillers municipaux... [Lire la suite]
Posté par Sceptique à 07:52 - - Commentaires [8] - Permalien [#]
07 mai 2009

Afghanistan: les enjeux de la guerre

Il est tout à fait légitime de se demander si l'interventionnisme de l'Occident dans tous les coins du monde n'est pas une maladie dont nous aurions tout intérêt à nous guérir au plus vite. À propos d'intérêt, on ne peut méconnaître que ces régions du monde où l'Occident intervient à grands frais, fournissent l'essentiel de nos besoins en énergie, et que nos industries récupèrent une partie de l'argent dépensé pour rouler et se chauffer. Par ailleurs, la bonne opinion que nous avons de notre culture et de nos valeurs nous fait... [Lire la suite]
Posté par Sceptique à 07:30 - - Commentaires [0] - Permalien [#]