08 février 2018

LE BEURRE, L'ARGENT DU BEURRE, LE SOURIRE DU CRÉMIER, TOUT ÇA, TOUTÇA!

C'étaient les demandes des nationalistes corses, que le Président de la République Emmanuel Macron a efusé de satisfaire. Il n'a accepté que la mention de l'existence de la Corse dans la constitution, geste symbolique, que l'opposition de droite (LR) lui reproche déjà. La vie politique française est une pièce de théâtre! Les nationalistes corses pensaient-ils vraiment qu'ils obtiendraient ces concessions déterminantes, ouvrant la voie à une sécession de la Corse, tôt ou tard? La satisfaction hallucinatoire du désir n'est pas limitée.... [Lire la suite]
Posté par Sceptique à 12:03 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
31 décembre 2017

LE DÉGAGISME EST BIEN FRANÇAIS!

 Selon une journaliste s'exprimant sur LCI, il y a quelques heures, le dégagisme (pour les autres) serait la pièce maitresse de tout projet politique. C'est évident, au moins dans l'intimité. La pensée politique est auto-centrée, la présence d'autres est une concession à la réalité. La démocratie définit les conditions de la partie de chaises musicales. Son tempo est "lento". Sa musique est ennuyeuse. Les solistes,virtuoses, trépignent d'impatience. Quand ils n'en peuvent plus, ils se saisissent de leur instrument, et jouent... [Lire la suite]
Posté par Sceptique à 06:39 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
16 décembre 2017

L'ÉLECTION DE MISS PARTI-SOCIALISTE.

L'information m'est parvenue par Internet, et donc, décorée d'un doute.  Ce qu'il reste du Parti Socialiste après les exploits de François Hollande et de Benoit Hamon, qui a préféré changer de costume, ne pouvait plus tenir son rang, garder son siège prestigieux. Ce qui ne pouvait que réduire son attrait.  Il faut donc repartir de zéro. Les "survivants" auraient la compétence pour prendre en mains les clefs du parti, mais ils semblent avoir des complexes, à moins qu'ils jugent "casse gueule" l'aventure. Ils sont donc... [Lire la suite]
Posté par Sceptique à 11:58 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
11 décembre 2017

LAURENT WAUQUIEZ PRÉSIDENT DES LR. ET MAINTENANT?

La victoire de Laurent Wauquiez à l'élection du Président des LR n'a pas été une surprise. Par contre, une abstention de plus de 50% est un mauvais signe. Pourquoi la moitié des encartés d'un parti qui méritait sa réputation de militantisme et de cohésion, n'a pas fait le modeste effort de voter, sans avoir à s'habiller et à sortir, grâce à l'internet? Et maintenant? Nous arrivons à la fin de l'année, période de renouvellement des adhésions. L'abstention pour l'élection du Président promet une réduction du nombre d'adhérents à ce... [Lire la suite]
Posté par Sceptique à 09:30 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
20 novembre 2017

À NE PAS RÉPONDRE @ WAUQUIEZ.NET

Le titre de ce billet est celui du message que Laurent Wauquiez adresse chaque jour à tous ceux dont l'adresse est disponible aux LR. Le titre, comme tous les autres envois quotidiens ou plus, rappelle la consigne qu'il ne faut pas oublier: Ne pas répondre! Ça ne se fait pas chez les Républicains. On ne répond pas au chef.  Jamais. Que nous rappelle, jour après jour, le candidat à la Présidence des Républicains, poste disponible depuis le retrait de Nicolas Sarkozy, et la présidence de fait, éphémère, de François Fillon? ... [Lire la suite]
Posté par Sceptique à 19:20 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
03 octobre 2017

LES ÉTATS D'ÂME DES RÉPUBLICAINS.

Les Républicains, le parti UMP rebaptisé ainsi par Nicolas Sarkozy, à son retour d'exil volontaire, s'apprêtent à accomplir un dernier geste, concluant leur mise à l'écart d'un pouvoir qui, logiquement, leur était promis, au terme de cinq ans de socialisme...mou. Les militants et les sympathisants avaient sélectionné, au terme des primaires, l'ancien Premier Ministre du Président Nicolas Sarkozy, de 2007 à 2012, François Fillon. Qui n'était pas favori, au départ de la course, mais que trois prestations réussies lors de trois "shows"... [Lire la suite]
Posté par Sceptique à 06:37 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
30 septembre 2017

QUELQUES PAROLES FORTES DE JACQUES ATTALI.

Jacques Attali était reçu, hier soir, par LCI (La chaine info).  Il devait présenter son dernier livre, consacré à l'importance des mers dans la vie de l'humanité. Mais le journaliste a montré une photographie du groupe d'experts, constitué par Nicolas Sarkozy, confié à Jacques Attali, et chargé de réfléchir sur les politiques futures. À proche distance du "patron", on aperçoit un jeune homme appliqué, rédigeant des notes, qu'on identifie immédiatement comme Emmanuel Macron, notre Président de la République. Le journaliste... [Lire la suite]
Posté par Sceptique à 03:51 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
27 septembre 2017

LES RÉPUBLICAINS ET MACRON: UNE PÉNIBLE SURENCHÈRE.

J'écoutais hier soir, sur LCI, l'entretien de David Pujadas avec Laurent Vauquier, qu'on donne pour favori pour la présidence des Républicains, soumis à élection en Décembre prochain. Ne pouvant rien dire sur le bras de fer en cours avec les syndicats, il a condamné la fusion entre Siemens et Alsthom, qui devrait aboutir au leadership de Siemens. Ce qui fait mal aux "inventeurs" du TGV. Il semble acquis, de plus, que l'avenir des chantiers de l'Atlantique sera bien italien. C'est une nécessité plus urgente que l'hypothétique... [Lire la suite]
Posté par Sceptique à 03:00 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
26 septembre 2017

L'ÉCHEC DU PARTI DE MACRON AU SÉNAT NE SIGNIFIE PAS GRAND-CHOSE.

Le mode de scrutin propre au Sénat, dont la composition est renouvelée par moitié tous les trois ans, et dont les électeurs sont les élus locaux d'un certain rang, fait que les changements politiques ne s'y expriment qu'avec retard, et de manière amortie. Les "mauvais résultats" du parti du Président Macron ne doivent, ni surprendre, ni mettre en joie, car il est difficile d'y voir un mouvement d'humeur, dans le cas précis du Sénat. Les résultats, considérés dans leur ensemble, confirment la résistance de la droite. Le pouvoir... [Lire la suite]
Posté par Sceptique à 06:34 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
10 septembre 2017

LES QUESTIONS DE LA DROITE, ENTRE DEUX CHAISES.

Après cinq ans de pouvoir d'un François Hollande admettant lui-même son échec, les vaincus de 2012 ne pouvaient concevoir une nouvelle mise à l'écart. L'irruption d'Emmanuel Macron dans le jeu politique, un peu plus d'un an avant l'échéance présidentielle, ne devait pas changer le résultat, le retour d'une droite revigorée, solidement préparée. Le pou trouvé dans la tête du candidat massivement choisi, François Fillon, a brisé l'élan d'un parti "sûr de lui et dominateur". Le troisième larron a imposé sa victoire, mais pas par défaut.... [Lire la suite]
Posté par Sceptique à 07:19 - - Commentaires [0] - Permalien [#]