La méchanceté est elle un supplément à l'intelligence, ou un boulet qui la limite? Je pense que les intelligents-méchants y sont tellement habitués qu'ils ne le sentent plus. Et comme la méchanceté est très répandue dans les sociétés humaines, le soutien d'un public ne leur fait pas défaut.

Dans son billet donné au "Monde" du 26/27 Juin 2011 (le philosophe en est un chroniqueur occasionnel), Michel Onfray rend un hommage ambigu à....la Presse écrite (dont le "Monde" est, en France, LE pilier). Selon lui les journaux imprimés ne sont pas faits pour dire la vérité, mais pour fabriquer de l'opinion. L'essentiel serait de répandre un maximum de convictions arrêtées, "psittacisées"*, chez un maximum de lecteurs, pour satisfaire les commandes des partis politiques. Car il y a un rapport "alimentaire" entre un journal et ses lecteurs: chaque lecteur choisit "son" restaurant, et exige ses mets préférés et le vin que son palais reconnait.

Les imbéciles (pour l'auteur du billet) sont les journalistes de télévision, qui, ne pouvant saisir au vol la glose qui circule en tous sens à la vitesse de la lumière, se jettent sur les "digests"des journalistes de la presse écrite. "Verba volant, scripta manent"**. Pour ma part, je ne condamne pas cette habitude, si la lecture de journaux est plurielle (ce qu'elle n'est pas pour le lecteur ordinaire, c'est vrai.). L'alimentation de ce blog repose sur cette base, ma lecture du "Monde", entre autres, n'est pas à la recherche d'une Vérité, mais de faits, accessoirement commentés et interprétés.

Michel Onfray fait, en passant, la remarque, qu'il veut cruelle, que certaines opinions, sur certains sujets, sont partagés par des partis opposés. Ainsi, le souverainisme. Qui ignore qu'il est spécifique des partis extrémistes? Personne, je pense. Mais, bien sûr, pour des raisons bien différentes***. Ainsi, à propos du rejet de la Constitution européenne, en 2005, chaque parti extrémiste comptabilise comme siens la totalité des NON!

Il en profite aussi pour justifier sa condamnation de Sigmund Freud et de la psychanalyse, pour le fait que le fondateur a essayé de défendre son oeuvre auprès des nouveaux maitres de l'Allemagne, puis, de l'Autriche. Freud pensait que le traitement qu'il avait inventé était aussi essentiel à l'humanité que la cardiologie ou la chirurgie. À son âge, à la hauteur de la renommée à laquelle il s'était hissé, Sigmund Freud gageait, évidemment à tort, qu'il serait respecté et écouté. 

Je ferai remarquer à Michel Onfray que si Freud n'avait pas été "exfiltré" grâce à l'action de Marie Bonaparte, avec le soutien de la diplomatie anglaise (Hitler avait un faible pour tout ce qui était anglais), il serait mort à Auschwitz, comme ses trois soeurs.

Michel Onfray s'est fait un public qui boit ses paroles et n'est pas capable de le contester. Il ne semble pas être conscient de la même responsabilité que celle qu'il prête aux journaux et aux leaders politiques. Sa parole instruit, informe, élève le niveau de réflexion de ses auditeurs, mais doit aussi leur délivrer un "prêt-à-penser".

Sceptique

*Néologisme que je fabrique pour décrire la connivence entre un journal et ses lecteurs. Le courrier des lecteurs est éclairant. Les opinions approuvent la ligne éditoriale ou surenchérissent. Les réserves ou critiques sont rares.

**L'invention de l'écriture n'a pas eu d'autre raison: fixer la parole du Roi, ou "celle" des dieux.

***L'extrême droite est anti-européenne par nationalisme. L'extrême-gauche refuse l'Europe telle qu'elle est, démocratiquement libérale ou socio-démocrate. Elle voudrait garder la France disponible pour la nouvelle révolution dont elle rêve. Une fois la révolution faite, "elle" pourra s'occuper de l'Europe, comme ses prédécesseurs le firent à partir des années 1790. L'évolution vers l'Empire n'était pas prévue. Mais la prochaine fois, "On" y veillera.