Tous les éléments visuels qui ont été livrés par les médias dans les jours qui ont suivi la disparition du journaliste saoudien du Washington Post, jamais ressorti du consulat saoudien d'Istamboul, ont été remis dans leurs boites, si non détruits. Et le Président Trump, informé en détail par ses services secrets, mais prenant la mesure d'une brouille avec le Prince Mohammed Ben Salmane, a remis un bon ordre dans ses intérêts, et s'est dit prêt à avaler n'importe quel mensonge de son cher ami.

La police turque a été invitée à inspecter les locaux du consulat de l'Arabie Saoudite, sûrement nettoyés plutôt dix fois qu'une. Elle pourra, bien sûr, inspecter "amicalement" les locaux, et n'y trouver aucun chromosome ayant pu appartenir au journaliste disparu.

Comme prévu l'intérêt bien compris prévaudra sur la vérité et la justice. L'histoire du Monde n'a jamais montré un cas contraire.

Parmi les morts d'une journée, il y en a un certain nombre qui ont été aidés à passer de vie à trépas. C'est la vie, à la mode humaine. Quand les commanditaires sont d'un rang très élevé, leurs noms sont effacés.

Selon que vous serez puissant ou misérable, ta ta ta, ta, ta, ta! Et puis, est-ce-que ça nous regarde?

Sceptique