Je suis heureusement tombé, hier après-midi, quand j'ai ouvert une chaine d'information, sur la rencontre du Président Macron avec des jeunes, venant de divers départements. 

Un par un, une par une, le récit d'un harcèlement, l'exposé d'un handicap, celui d'un succès professionnel, était exposé calmement, avec confiance et courtoisie, par ces jeunes de diverses origines. Le Ministre de lÉducation Nationale, Jean-Michel Blanquer, était présent, confirmait les faits, décrivait les actions présentes et futures, formant un projet ambitieux d'accompagnement vers la réussite de chacun. 

À son habitude dans ces débats, tous les trois ou quatre intervenants, le Président, ses fiches en main, reprenait le micro, et livrait son commentaire et ses encouragements, à chacun, ou chacune, des jeunes qu'il avait écoutés attentivement.

Comparant ce débat avec ceux que j'avais suivis, avec des adultes, soit tous maires, soit....tout venant, l'absence de tension, de méfiance, ou de franche hostilité difficilement contenue, de ce rapport paisible avec des jeunes ayant tous rencontré un problème dans leurs études, était au crédit de ces jeunes. 

Je ne doute pas de leur satisfaction de cet échange, jusqu'ici inconnu ou confidentiel lors des précédentes présidences.

J'ajoute le plaidoyer du Président en faveur de l'engagement politique, non limité au choix d'un parti, mais plutôt initiation à la "gestion de la cité". Il y a des jeunes dans tous les partis politiques, auxquels ils offrent leur passion. C'est une bonne affaire pour ces partis, mais les "anciens" ne sont jamais très pressés de les traiter en adultes, de les initier aux mandats électifs.

Sceptique