Je pense qu'il ne vous a pas échappé que ces vacances 2019 tuent, tuent, tuent, qu'il n'est de jour sans accident ou catastrophe, avec son lot de morts et de destructions. 

Toutes les catégories de malheur, directement humain, semant la mort, ou indirectement humain, ruinant des producteurs, se succèdent jour après jour. 

La dernière est la mort de ces trois enfants, coincés sous la coque de leur esquif retourné. Ils ont eu le temps de la voir s'approcher, les étouffer, jusqu'à ce que la mort s'ensuive. Ils ne connaitront pas la vie.

Combien sont-ils, chaque jour, victimes des artifices que l'homme invente pour ne pas s'ennuyer? Un nombre impressionnant, en partie partagé avec les parents inconséquents, ce qui ne console pas.

Sans compter les massacres commis par la mousson, les typhons(relativement faibles malgré leur violence).

Pour la majeure partie du monde, par la surface, ou le nombre d'habitants, les "vacances" n'y sont pour rien, leur concept y est inconnu. C'est une invention tardive de l'Occident, dont la malfaisance aléatoire ne concerne que nous, et n'est due qu'à nous.

Mais, de peur qu'il soit suggéré de les supprimer, ou de les réduire au repos indispensable, l'information sur les malheurs à en craindre est censurée, voilée par un mouchoir. Il y a un moment que l'Économie s'est emparée de ses actions juteuses.

Dans la masse des plaisirs et des profits* qu'essaiment les vacances, il y a de quoi entretenir les rêves les plus ordinaires. Une pause des vacances ne sera jamais un phénomène de masse. N'écoutant que ceux qui s'en gargarisent, ceux qui s'y ennuient renouvellent obstinément l'expérience. On ne sait jamais. Et les sages qui évitent les solutions banales, celles qui ennuient, ou tuent, le plus, savourent les plaisirs simples de la contemplation, ou du "farniente".

Quant aux compétitions avec la mort, si elles enivrent certains, elles sont vaines, il suffit d'attendre. La vie, et...rien d'autre. Les vacances, sauf chez soi, bof!

On m'objectera, "on ne meurt qu'une fois"! Il n'y a rien d'urgent. Le cas  échéant, on change d'avis.

Sceptique.

*Pour les vacanciers, les profits sont imaginaires. Ils ne sont réels que pour ceux qui en vivent