Duels d'anathèmes et de fureurs, entre défenseurs de corridas, et protecteurs des taureaux bien élevés. Le coup de poignard dans le dos des défenseurs des taureaux retraités a été porté par le Ministre de l'Agriculture, et de l'élevage. Une autre personnalité politique a été aperçue, mais son identité m'a échappé.

De toute façon le scandale est suffisant pour faire faire volte-face au pouvoir exécutif, et faire rentrer dans le rang les mal-faisants. Quant à l'excuse de l'influence espagnole, l'histoire de nos deux nations, de nos deux cultures, a remis les frontières à la place qu'elle n'auraient jamais du perdre! La consommation de viande est encore permise, mais, c'est tout. Plus d'autre brutalité!

La gymnastique élégante et risquée qu'est l'art du torero ne fait pas le poids devant le droit de vivre des taureaux, rendus furieux, et mortifères pour les humains qui s'attardent. La solution est de les séparer habilement, de leur faire oublier le désir d'envoyer l'autre "ad patres", de se calmer, non sans regret. Discipliné, le torero* laisse la bête sauvage vider son énergie sur tout ce qui lui résiste, activement, ou passivement.

C'est déjà comme ça, pacifiquement, que ça se termine au Portugal, mais, en Espagne, on n'en est pas encore là. En France, il me semble qu'on se dirige vers l'abandon de la mise à mort. Sûrement, dès qu'une personnalité d'un certain rang risque de se compromettre.

La tauromachie n'a plus la cote, et il semble certain qu'elle ne la retrouvera pas, car les défenderesses de la douce retraite animale veillent. Elles sont en force, et ont le vent en poupe.

Mais en cette période de vacances, il ne manque pas de causes propres à nous mettre en fureur et envie de tuer. Les mouches sont au mieux de leur forme et de leur appétit. Elles dégoutent les humains en se vautrant sur la nourriture disposée sur la table.La tentation est grande de pulvériser de l'anti-mouches sur les tables qui recevront nos repas. Mais les tapettes à mouche flattent les hommes aux réflexes les plus vifs!

Nous ne torturons pas les mouches, mais les tapettes s'abattent sur elles avec hargne. De temps en temps, l'humain...fait mouche!

Sceptique

*Pas "toréador", surtout!